A touch of sacred : Music compilation #2

Ces derniers temps, quelques albums plutôt pas mal sont sortis, rentrée oblige.

Alors, un peu de punk, de shoegaze, voire d’électro (youhou je me lâche), voici la deuxième compilation DTKSounds #2

Publicités

Megalomania : Jay Z lance « BNY SCC Gallery »

C’est la compète chez les ténors du hip-hop/rap américain version diversification de son image dans les médias.

En effet, après Kanye West qui nous gratifie d’une petite collaboration avec APC, c’est au tour de Jay Z de s’allier au très classe magasin Barney’s pour une collection capsule en partenariat avec les grands noms du luxe, à savoir Balenciaga, Rick Owens, Lanvin, Balmain ou encore Proenza Schouler (le premier sac pour homme de la marque). Et, fidèles à leur habitude des grandiosetés, la barre est encore mise très haute avec des accessoires et pièces uniques vendues de 70 à… je te le donne dans le mille, 33 900$.

Nan, c’est rien pour Jay Z.

Bon, et heureusement, 25% des bénéfices (à ce prix là, 25% ça commence à faire du chiffre, genre un salaire annuel pour une silhouette casual) seront reversés à la Shawn Carter  Scholarship Fondation. La fondation de Jay Z quoi.

Et elle en dit quoi Beyonce ?

nyc-holiday

dressedtokill-JayzxBarneys1

dressedtokill-JayzxBarneys1bis

dressedtokill-JayzxBarneys2

dressedtokill-JayzxBarneys3

Planquez les CB : Mango Kids online

J’avais un peu oublié la chose, et puis là je suis retombée dessus par hasard, mais le shop Mango Kids est enfin en ligne. Zara n’a qu’à bien se tenir !!

Pas si moches les univers, quelques petites pièces qui font du bien et que je collerais volontiers à ma puce, et un outil de « shopping by look » assez jouissif pour les plus flemmardes. Ou pour papas largués.

Et la maxi bonne nouvelle, c’est qu’ils livrent à Paris (bon ok, faut se mettre à l’espagnol pour faire ses achats) et pour même pas 3€.
Nan mais, comment font les petites marques pour lutter ?!! Impossible.

dressedtokill-Mangokids1

dressedtokill-Mangokids3

dressedtokill-Mangokids3bis

dressedtokill-Mangokids4

dressedtokill-Mangokids5

dressedtokill-Mangokids6

dressedtokill-Mangokids7

dressedtokill-Mangokids8

 

Graphiquement, y a peut-être un truc à en tirer

Les américains ne sont jamais en retard d’une connerie, et cette nouvelle lubie que je découvre aujourd’hui pourrait bien être la nouvelle vague déferlante sur nos hipster-barbus-qu’on-aime-tant.

– En ce qui me concerne, la barbe, ça ne va qu’à mon père. Une toison taillée effet 3 jours, oui, mais une beu-bar genre « c’est bon tu crois pas que ça me gonfle de me raser tous les matins vive le naturel », non. Vous imaginez si nous aussi on commençait à laisser la part belle au « naturel » ?!… Ouais. Je vois ça d’ici –

Donc, nous avons eu le championnat américain des barbes et des moustaches 2013, qui s’est tenu le 7 septembre dernier à la Nouvelle Orléans. Et voici ce que nous avons loupé :

dressedtokill-championnatbarbes1

dressedtokill-championnatbarbes2

dressedtokill-championnatbarbes3

dressedtokill-championnatbarbes4

dressedtokill-championnatbarbes5

dressedtokill-championnatbarbes6

dressedtokill-championnatbarbes7

dressedtokill-championnatbarbes8

Apesanteur : Jeremy Geddes

J’ai découvert récemment les peintures de Jeremy Geddes et j’ai passé un moment suspendu devant, comme ses corps, à détailler chaque centimètre et à me laisser aspirer par leur univers. Ultra réalistes, elles semblent pourtant tirer sur la BD, on ne peut s’empêcher d’y voir la trace d’un Bilal, notamment dans les fissures des murs et dans la manière dont les couleurs et les textures se fondent et s’amalgament.

J’aime particulièrement ces corps flottants et cette façon de traiter la peau. Les oiseaux me mettent aussi mal à l’aise, signe d’un certain talent.

Quelque chose donc entre un chasseur, Bilal, Ron Mueck (toujours en cours à la Fondation Cartier) et le réalisme impressionnant d’Alyssa Monks.

dressedtokill-jeremygeddes0

dressedtokill-jeremygeddes1

dressedtokill-jeremygeddes2

dressedtokill-jeremygeddes3

dressedtokill-jeremygeddes4

dressedtokill-jeremygeddes5

dressedtokill-jeremygeddes6

Compilation du jour : un peu de musique

Comme je traine mes oreilles toute la journée sur le net, je finis par avoir envie de compiler les morceaux que j’écoute le plus, qui m’intriguent, me transportent ou m’aspirent.
Et, qui compile, a envie de partager. Normal.

Alors voilà, la première compilation DTK’sounds #1

Mini Rodini Home : le bonheur de la couette

Alors Mini Rodini, c’est une jolie marque suédoise (encore, oui, je sais) aux côtés de laquelle je faisais mes débuts en 2007 lors des salons Kids Fashion (disparu depuis) et Playtime. J’ai souvent lorgné chez eux pour leurs imprimés magnifiques et, je ne sais pas pourquoi il me reste en tête avec cette intensité, un excitant petit perf en cuir orangé.

Depuis la marque connaît une progression fulgurante. Grâce à sa fondatrice Cassandra Rhodin, illustratrice reconnue en Suède et petite fille du fondateur d’un cirque connu là-bas (d’où le nom, Rodini), les graphismes sont toujours aussi bien sentis et le sens de la coupe propre aux scandinaves toujours dans le vent. C’est donc assez naturellement que Mini Rodini s’est dit, « Tiens, et si on collait nos super graphismes sur des draps, des couettes et des oreillers !? »

Et nous voici donc avec toutes les valeurs de la marque (coton bio, développement durable etc… Tout ce qui est particulièrement en vogue dans les pays nordiques et un peu moins chez nous), le tout réuni dans une collection Home dont, absolument partout sur le net (j’ai fouillé), nous n’avons que 3 images révélatrices en attendant le lancement.
Cependant, ça promet, et moi qui cherchais une housse pour la nouvelle couette d’Edie-Lise, je pense que j’ai trouvé mon bonheur.

dressedtokill-minirodinihome1

dressedtokill-minirodinihome2

dressedtokill-minirodinihome3

Yes : Reflektor d’Arcade Fire

Alors, en 2004, on n’en pouvait tous plus avec Funeral qui explosa les ventes du label Merge. Neon Bible, en revanche, hormis un site web promo assez magique, m’avait laissé un goût amer dans la bouche. Ou plutôt dans l’oreille. The Suburbs… ouais.

Mais là, c’est bon ! Premier et dernier extrait en date du prochain album que, du coup on n’en peut plus d’attendre, un petit bijou, un morceau qui rentre dans la tête et n’en sort plus. Punaise, c’est bon !
Je sais pas vous, mais moi ca faisait un bail qu’un morceau ne m’avait pas tapé dans l’oreille comme ça.
En plus produit par James Murphy avec David Bowie en backing vocals vers la fin… stop n’en jetez plus.

Arcade Fire, ils s’en fichent. Ils s’en sont toujours fichu. Ca plaît, ca plaît pas, le cadet de leur souci on dirait.

Moi, après avoir tracké sur Ebay leur 45T « Poupée de cire, Poupée de son » / « reprise de Joy Div par LCD Soundsystem (No Love Lost, un, si ce n’est LE meilleur morceau de Joy Division) », j’attends avec impatience le nouveau petit bijou qui viendra garnir ma platine dès le jour de sa sortie. For sure.
(Le 29 octobre 2013)

Et toi, tu t’appelles comment ? : My Name Is Simone

Über tendance et arty à souhait, les poupées de Caroline Castagna – Suarez, aka My Name Is Simone, sont de petites perles rock et pointues qui ravissent déjà les mamans bobos, clientes de Smallable, Colette ou les Galeries Lafayette.
Perso, je VEUX évidemment celle de David Bowie, mais je me laisserais aussi bien tenter par un Karl qui me sussurerait des mots doux à l’oreille…

Comment ça, c’est pas pour moi mais pour ma gosse ?!!

Le facebook est ici

dressedtokill-mynameissimone1

dressedtokill-mynameissimone2

dressedtokill-mynameissimone3

dressedtokill-mynameissimone4

dressedtokill-mynameissimone5

dressedtokill-mynameissimone5

 

New fall 13 : No Added Sugar

No Added Sugar est une pure marque anglaise pour les petits bouts créée en 2001. Lorsque j’ai croisé sa route en 2006, je faisais un état des lieu des acteurs du marché avant de lancer la mienne, NO KIDDING. A l’époque, il s’agissait surtout d’une collection de t-shirts, un peu rock, rayures, têtes de mort & co (cf le logo tête de mort de lapin), mais surtout pas forcément très stylée et avec un certain manque de cohérence dans les collections. Du genre un t-shirt rayé avec une tête de mort, en rose, en bleu, en rouge, en body, en t-shirt et en pantalon. Puis la même chose avec un motif abeille noir et or. Parfois je ne comprenais pas trop comment l’on passait de l’un à l’autre.
Aujourd’hui la marque a bien grandi. De uniquement maille, elle s’est aujourd’hui diversifiée pour vendre aussi du chaine et trame et étoffer ses collections. Le tout dans un positionnement mode beaucoup mieux qualibré et réfléchi qu’auparavant. Suffisamment en tout cas pour arriver à cette série photo assez pointue, dans un esprit hanté et dark propre au côté rock premier degré revendiqué par No Added Sugar.

Je n’aurais, pour ma part, jamais deviné que ce soit eux derrière tout ça. Bravo Deborah, pour cette progression !!

Je vous laisse découvrir leur e-shop. Pour l’avoir testé, il est rapide et efficace.
Et le facebook est ici.

dressedtokill-noaddedsugar2

dressedtokill-noaddedsugar3

dressedtokill-noaddedsugar1

dressedtokill-noaddedsugar4

dressedtokill-noaddedsugar5

dressedtokill-noaddedsugar6