Tribute

De l’influence directe de David Bowie dans la sphère de la mode enfantine.

—————————————————————————————————

The direct influence of David Bowie in the children’s fashion sphere.

bowie1 bowie2 bowie3 bowie5 bowie6 nixie stardust pe13 bowie9 Little Eleven bowie12 bowie16 bowie17 bowie18 bowie195372038347_d9d735d112_b bowie20 bowie10 bowie11bowie22 Jonas Akerlund

Publicités

Let’s do it the british way : Noa + Micah

Bon alors dans ma tête, la mode enfantine et les UK ça fait, comment dire, 25. A part quelques rares exceptions, comme No Added Sugar ou Caramel Baby & Child, j’ai rarement été transportée par une marque outre-manche. Et puis je suis tombée sur cette série de photos pour l’été 14, créditée Emma Tunbridge pour une toute nouvelle boutique en ligne qui vient tout juste de nous arriver, Noa + Micah. Bon alors ce n’est pas une nouvelle marque, mais une nouvelle sélection, plutôt bien sentie et bien amenée et qui moi, me correspond bien. Il y a quelques pièces que j’ai déjà repérées pour Edie-Lise.
Et alors la série photo, je ne sais pas vous, mais moi je suis fan.

———————————————————————————————————————————————————————————————-

Well, in my opinion, UK and kids fashion aren’t matching up so clearly. Beside few exceptions, such as No Added Sugar or Caramel Baby & Child, I’ve barely been excited by a kid’s fashion brand from across the Channel. And then I came across this Summer 14 photo shoot, on credit to Emma Tunbridge for a brand new online shop called Noa + Micah. Ok this is not a new brand but still a fresh rather well thought selection, which suits me quite well. I’ve already noticed some interesting pieces for Edie-Lise.
And the photo shoot, don’t know for you, but i’m a hudge fan.

dressedtokill-Noa + Micah1 dressedtokill-Noa + Micah2 dressedtokill-Noa + Micah3 dressedtokill-Noa + Micah4 dressedtokill-Noa + Micah5 dressedtokill-Noa + Micah6 dressedtokill-Noa + Micah7

Polyvore : Floral Summer

Floral Summer
Le Polyvore du moment, la tendance florale PARTOUT, genre botanique, pour les hommes, pour les femmes, pour les tapis, les rideaux, les coussins…
Et plus les fleurs seront énormes, disproportionnées, les feuilles exotiques et graphiques, plus ça plaira.
Donc, hop, un petit shopping des pièces phares de la tendance, à associer avec de l’uni en plein, fort de couleur ou noir, l’idéal.
Cliquez sur l’image, découvrez Polyvore et laissez-vous guider.

La 4ème dimension : #ShoppedTattoos

(Scroll down for english)

J’ai découvert Cheyenne Randall comme pas mal de monde, avec le buzz du moment, en voyant passer ses dernières réalisations de la série #ShoppedTattoos, notamment la version retravaillée de Kate et William-nos-princes-chéris-de-la-grande-angleterre.
Toujours dans l’esprit de ce qui me plaît, et avec un certain recul sur mes années passées étudiantes où je travaillais sur les tatouages (et les implants à la Orlan and Co), je suis donc particulièrement attirée par ces retouches Photoshop plutôt bien réalisées.
Ca me donne envie de faire ça direct sur une photo d’Edie-Lise. Histoire de voir un peu la tronche de ses grand-parents. Ahah.

—————————————————————————————————————————————————————————————————

I’ve discovered Cheyenne Randall the same time as almost everybody on the web, with the last buzz of the moment, his seria #ShoppedTattoos. Especially the realisation around our « enfants chéris » Kate and William.
Always in the spirit of what I like, and with some perspective on my past student years when I used to work on tattoos (and implants in Orlan and Co’s way), I am particularly attracted by those quite well done Photoshop pix.
Makes me want to do it right away on some Edie-Lise photo. Just to see her grandparents reaction. Haha.

Dressedtokill-Prince-William-Kate-Middleton

Dressedtokill-Audrey-Herburn

Dressedtokill-Arnold-Schwarzenneger

Dressedtokill-Bill-Murray

Dressedtokill-James-Dean

Dressedtokill-Princesse-Leïa

Dressedtokill-The-Kennedys

In Da House : Yung Lenox

(Scroll down for english version)

Bon, je suis un peu à la bourre, mais il y a un petit gars phénomène qui agite le web dernièrement, et qui m’a attrapée je dois dire, avec sa pochette de Minor Threat, c’est Yung Lenox. Petit fan de hip-hop de 7 ans qui redessine à sa sauce les pochettes de disques les plus importantes du mouvement.
Y a pas des milliers de dessins, mais ceux qu’il y a sont (très) bons et donnent envie de suivre son compte instagram. Alors c’est sûr, papa Skip surfe sur la vague de notoriété de son fils et à rattrapé le truc, mais je ne peux qu’applaudir des deux mains l’initiative de faire écouter à son petit loup autre chose que de la variété Disneylandienne déprimante.
Apparemment, le petit Lenox aurait commencé à réclamer de dessiner des rappers vers 5 ans après avoir fait le tour des super-héros Marvelliens classiques.
Alors oui, encore, et je suis à deux doigts de lui acheter un dessin pour la nouvelle chambre d’Edie-Lise !

——————————————————————————————————————————————

Well, it seems that i’m a bit in the hurry on that one, but you should know that there’s a little one buzzing on the net lately, wich has caught me i must say, with his draw of the Minor Threat’s flag album. His name is Yung Lenox, he’s 7 years old and draws major hip-hop album’s cover in its own way.
There’s no plenty of them, but the few shown have inspired me in following his Instagram’s account. So, well, his Daddy Skip is surfing on the crest of his son’s celebrity wave but i must applaud the initiative to listen something different than the usual Disney’s variety.
Apparently Young Lenox has started drawing hip-hop album covers when he ran out of superhero figures to sketch around 5.
I say yes, and i’m about to buy myself one of these for Edie-Lise’s new bedroom !

Dressedtokill-yung-lenox4

Dressedtokill-yung-lenox4

Dressedtokill-yung-lenox5

Dressedtokill-yung-lenox5

Dressedtokill-yung-lenox3

Dressedtokill-yung-lenox3

Dressedtokill-yung-lenox1

Graphiquement, y a peut-être un truc à en tirer

Les américains ne sont jamais en retard d’une connerie, et cette nouvelle lubie que je découvre aujourd’hui pourrait bien être la nouvelle vague déferlante sur nos hipster-barbus-qu’on-aime-tant.

– En ce qui me concerne, la barbe, ça ne va qu’à mon père. Une toison taillée effet 3 jours, oui, mais une beu-bar genre « c’est bon tu crois pas que ça me gonfle de me raser tous les matins vive le naturel », non. Vous imaginez si nous aussi on commençait à laisser la part belle au « naturel » ?!… Ouais. Je vois ça d’ici –

Donc, nous avons eu le championnat américain des barbes et des moustaches 2013, qui s’est tenu le 7 septembre dernier à la Nouvelle Orléans. Et voici ce que nous avons loupé :

dressedtokill-championnatbarbes1

dressedtokill-championnatbarbes2

dressedtokill-championnatbarbes3

dressedtokill-championnatbarbes4

dressedtokill-championnatbarbes5

dressedtokill-championnatbarbes6

dressedtokill-championnatbarbes7

dressedtokill-championnatbarbes8

Mini-humans in the street : Humans of New York

Vous connaissez Humans of New york ? Un petit malin, Brandon Stanton, sorte de version mainstream du sartorialist, a lancé ce blog de photos/portraits en 2010 et, depuis, tellement que ça marche bien, passe ses journées à prendre des gens en photos en sillonnant NYC dans tous les sens.

Sale vie.

Avec un terrain de jeu comme cette ville bouillonnante, c’est tout un pan du monde moderne, multi-culturel et multi-ethnic que l’on voit passer au travers de ses photos. Un témoignage laborieux et quotidien de l’humanité actuelle.
Et une formidable vitrine pour la « micro-fashion » comme il se plaît à la dénommer, la mode enfantine.

Le facebook (et ses 1 millions 150 milles followers, gloups) est .

dressedtokill-humansofnyc0

dressedtokill-humansofnyc00

dressedtokill-humansofnyc000

dressedtokill-humansofnyc1

dressedtokill-humansofnyc2

 

dressedtokill-humansofnyc3

 

dressedtokill-humansofnyc4

 

dressedtokill-humansofnyc5

 

dressedtokill-humansofnyc6

 

Child-style icons

Lorsqu’on traine souvent sur le net, genre sur Pinterest par exemple, genre pendant la sieste d’une petite fille d’1 an et demi par exemple, et qu’on veille la mode enfantine par un autre exemple, on voit souvent passer les même têtes. De petits mannequins, souvent avec une touche incroyable (je suis, pour ma part, tombée amoureuse de la nièce d’Alexander Wang, Alia) et qui se prêtent au jeu du show-off avec un visible plaisir.
On peut déplorer la chose, mais il est évident qu’à partir du moment où la mode enfantine se développe, il allait falloir trouver des faire-valoir associés. Et nous voici, nous tous autant que nous sommes, créant les futures Lindsay Lohan et Kim Kardashian… Gloups.

Vous avez le choix entre, donc, Alia, mais aussi le plus jeune fashion star de la blogosphère internationale (et notamment d’Instagram) Alonso Mateo, ainsi que Arlo, Hudson Kroening (le fils du mannequin star de Karl Lagerfeld lorsqu’il avait 3 ans) ou encore Suri Cruise et Shiloh Jolie-Pitt.

Des pronostics ?

Moi je dis Mateo. Parce que, ce qui est vraiment particulier avec lui, c’est que ses parents ne sont pas connus et qu’il est vraiment un pur produit des réseaux sociaux. Un phénomène swag instinctif et encensé. Le garçon a ça dans le sang, jugez plutôt (5 ans le gamin… et déjà adepte de la duck face…) :

dressedtokill-childalonsomateo1

dressedtokill-childalonsomateo4

dressedtokill-childalonsomateo2

dressedtokill-childalonsomateo3

dressedtokill-childalonsomateo7

dressedtokill-childalonsomateo8

SONY DSC

dressedtokill-childalonsomateo5

Un blog bien crocheté : Las Teje y Maneje

Dernièrement, j’ai découvert un blog espagnol qui m’a bien plu quand bien même il ne touche pas du tout à un sujet qui me passionne, c’est Las Teje y Maneje. Il s’agit d’un blog sur les nouvelles façons de tricoter et de faire du crochet. Je crois que ce que j’aime vraiment bien chez lui, c’est, encore une fois, le mélange des genres entre cette vieille discipline qu’est le « crocheting » et les autres univers lorsque parfois ils s’entrechoquent. C’est un blog qui s’attache à montrer les carrefours entre ces divers domaines, toutes ces petites choses transversales entre le crochet et le reste.

Peu ou prou ce que je m’attache à faire avec Dressed To Kill et la mode enfantine.

dressedtokill-lastejeymaneje1

dressedtokill-lastejeymaneje2

dressedtokill-lastejeymaneje3

dressedtokill-lastejeymaneje4

dressedtokill-lastejeymaneje5

dressedtokill-lastejeymaneje6

dressedtokill-lastejeymaneje7

dressedtokill-lastejeymaneje8

Dog grooming : je vais peut-être m’y mettre moi.

Bon, c’est pas trendy du tout, ca existe depuis des lustres, mais moi je n’avais jamais croisé ce monde parallèle siiiiiii éloigné de moi que celui du Dog Grooming.
Je reste bouche bée devant cet étalage de mauvais goût et ces pauvres animaux, étendards de ce que l’Amérique peut produire de plus ridicule et kitch (bon, c’est mon avis, hein), mis en pâture au voyeurisme qui existe en chacun de nous. Si vous voulez en savoir plus, LE salon qui fait référence se tient en Pennsylvanie en septembre.

Si l’on fait abstraction du fait que ce ne sont pas des objets mais des animaux, j’imagine que l’on ne peut qu’applaudir des 2 mains devant certaines de ces réalisations mine de rien assez bluffantes. J’aime bien le bison, sobre. Et vous, votre préféré ?

dressedtokill-doggrooming1

dressedtokill-doggrooming2

dressedtokill-doggrooming3

dressedtokill-doggrooming4

dressedtokill-doggrooming5

dressedtokill-doggrooming6

dressedtokill-doggrooming7

dressedtokill-doggrooming8

dressedtokill-doggrooming9

dressedtokill-doggrooming10

dressedtokill-doggrooming11

dressedtokill-doggrooming12

dressedtokill-doggrooming13