Punk’s not… blablabla : Gabriel Orlowski

On a beau faire, le punk et son esthétique existent toujours. Plus que jamais même, car visibles dans nos grands circuits de masses, cf l’expo Punk à la Cité de la Musique à Paris récemment, à l’inverse de ses débuts et de son ADN même, qui en faisait justement un mouvement dense, ramassé, violent, brut et urgent, donc moins relayé. Moins le temps. A peine réalisait-on que c’était punk, qu’il était déjà fini, consummé dans une traînée de souffre. Les Sex Pistols ? Même pas 2 ans. Et des fondations qui ne vacillent pas encore aujourd’hui. C’est dire si les racines ont pris profondément. Et puis le punk était là, dans l’air du temps, pas besoin de l’analyser, il était tout simplement.
J’ai croisé de nouveau cette fulgurance hier rapidement, normal, par le biais de ce jeune photographe Polonais, Gabriel Orlowski. Ses photos, sont effectivement à propos de la jeunesse au sein du mouvement punk actuel en Pologne mais, surtout, ce sont SES photos qui SONT punk en fait. De la même manière que ces moments qu’elles capturent, bruts et authentiques. Finalement, je me suis penchée sur le travail du jeune homme et bien m’en a pris. Encore étudiant, il a déjà quelques parutions à son actif et surtout, un livre, modeste mais talentueux manifeste de sa participation au mouvement, dont voici quelques images :

————————————————————————————————————

No matter how hard you try, the punk and its peculiar aesthetic still exist. More than ever indeed, as presents in our large circuits masses, cf the Punk exhibition at the Cité de la Musique recently in Paris, unlike its beggining and its very DNA that was just a dense motion picked up, violent, crude and urgent, so less relayed. At the moment we realized that it was punk, it was already finished, evaporated in a sulfur trail. The Sex Pistols? Not even 2 years. And foundations that do not falter even today. This shows that the roots have taken deep. And then the Punk was just there, fashionable at the moment, no need to analyze, it just simply was.
I just met yesterday again this kind of dazzling, thanks to this young Polish photographer, Gabriel Orlowski.  Yes, his pictures are about the youth inside the punk movement now in Poland, but more importantly, it is HIS pictures wich ARE punk actually. In the same way as these moments they capture, raws and authentics. Finally, I have taken a peek over the work of the young man and it took me well. Still a student, he already has several publications to his credit and above all, a book, a small but talented manifest of his participation in the movement, as those following pictures :

dressedtokill-gabrielorlowski1

dressedtokill-gabrielorlowski2

dressedtokill-gabrielorlowski3

dressedtokill-gabrielorlowski4

dressedtokill-gabrielorlowski5

dressedtokill-gabrielorlowski6

Publicités

Que se passe-t-il en Pologne ? : Nosweet

Est-ce que la Pologne deviendrait le nouvel eldorado de la mode enfantine ??
Boutique en ligne, en dur, magazines et autres agents, ouvrez bien vos yeux. Après la marque Kids on the moon et le studio créatif Pink Wings, déjà pas mal excitantes, voici Nosweet.
Encore une marque pour les petits loups, avec une esthétique qui me plaît, plutôt unisexe, uniquement maille, bio etc, etc, etc… Rien à envier au top du top français, belge ou hollandais. Il y a fort à parier qu’on va les retrouver très bientôt dans les meilleurs e-shops de la toile. En plus, pour avoir démarché un peu la Pologne, je sais que ces marques peuvent s’appuyer sur des usines performantes et compétitives dans le pays même, ce qui les place certainement avantageusement en termes de prix et de rapidité (c’était la minute pragmatique du jour). En terme de style sinon, du gris chiné, du noir, des coloris softs, et on retrouve les petites bêtes du moment, à savoir des cafards, comme chez New Generals. Bref, tout bon.

Et vous, ça vous plaît ?

dressedtokill-nosweet1

dressedtokill-nosweet2

dressedtokill-nosweet3

dressedtokill-nosweet4

dressedtokill-nosweet5

dressedtokill-nosweet6

dressedtokill-nosweet7

dressedtokill-nosweet8

dressedtokill-nosweet9

dressedtokill-nosweet10

dressedtokill-nosweet11

Ca bouge en Pologne : Pink Wings

Il n’y a pas si longtemps, j’étais tombée assez fan de cette marque polonaise, Kids on the Moon, aujourd’hui, c’est un studio photo plutôt créatif et coloré qui m’a attiré l’oeil : Pink Wings

Derrière cette explosion de couleurs, deux nanas, la photographe Paulina Kania, et la styliste Anastazja Borowska. Et moultes séries pour des pubs, des magazines, des séries modes. Avec des gosses qui, je ne sais pas pour vous, mais pour moi ont des tronches absolument dingues !

Si j’avais toujours eu ma marque, pas impossible que j’eusse fait appel à leurs services.

dressedtokill-Pinkwings1

dressedtokill-Pinkwings2

dressedtokill-Pinkwings3

dressedtokill-Pinkwings4

dressedtokill-Pinkwings5

dressedtokill-Pinkwings6

dressedtokill-Pinkwings7

La Pologne au top de la tendance ? Kids on the Moon

Jusqu’à présent la Pologne, en terme de vêtements d’enfant, pour moi, c’était plutôt une terre d’usine et de production. Et ne voilà-t-il pas que je tombe sur une (très) jolie marque polonaise de homewear pour les petits au creux d’un site de vente en ligne néerlandais.

Du coup, j’ai fait quelques recherches et n’ai pas trouvé grand chose sur la bête si ce n’est quelques interviews en polonais de ce qui semble être la créatrice. Euh, comment dire… Et quant à la seule boutique en ligne française au sein de laquelle on peut trouver les produits, c’est ici.
Moi, je suis assez fan du côté doudou du molleton, du gris chiné et des graphismes. En même temps, c’est tellement proche de NO KIDDING que c’est pas vraiment une surprise. Et vous, ça vous plaît ?

Le Facebook, quant à lui bien actif, est ici

dressedtokill-kidsonthemoondressedtokill-kidsonthemoon1

dressedtokill-kidsonthemoon2

dressedtokill-kidsonthemoon7

dressedtokill-kidsonthemoon8

dressedtokill-kidsonthemoon9

dressedtokill-kidsonthemoon10

dressedtokill-kidsonthemoon6