Kids trend : Urban folk

Le Folk, c’est pas hyper ma came. T’as qu’à voir ce que j’écoute. Même Temples, tout le monde n’en peut plus, mais moi bof. J’aime bien attention, mais c’est juste en marge de mon truc à moi. A la limite. Un peu trop et pas assez, tu vois. Le truc Boho, hippie chic, je fume, je mange des fleurs et de l’alfafa, euh… disons que ça ne me parle pas. Mais comme tout n’est qu’une question de point de vue, et particulièrement en mode, il y a toujours des moyens de détourner la tendance à sa sauce.
Quitte à avoir des rayures zig-zag, autant bien choisir le support et ses couleurs. Ca change tout.

Alors voilà une petite sélection-shopping-mode-folk-du-moment, mais un peu rock, un peu rebelle. Parce que faut pas déconner non plus.

———————————————————————————————–0

I’m not a hudge fan of folk. Nope. Just have a look at what I listen to. Even Temples, everyone get crazy with them but I don’t. Understand me well, I like it though, but it’s just on the fringes of my regular stuff. At the limit. A little too much and a little not enough, you see. The « thing » Boho, hippie chic, I smoke, I eat flowers and alfalfa, uh … well, it does not talk to me. But as it’s all a matter of perspective, especially in fashion, there are always ways to adopt the trend.
Free to have zig-zag stripes, but choose the background and colors. It changes everything.

So here’s a small folk-of-the-moment-fashion-shopping-selection, but a bit rock, a bit rebellious. Because we have to be serious.

 

Urban folkUrban folk par stephanie-dressedtokill sur Polyvore

Publicités

Album de juin – Fais moi du bien

Petite découverte récente, la rencontre excitante d’une figure emblématique du mouvement anti-folk et du hip-hop.
Le résultat est un album original et surprenant mais qui m’a tout de suite séduite. La voix féminine, Kymia Dawson, espèce de double féminin d’Adam Green à l’époque des Moldy Peaches, est surtout connue pour la b.o de « Juno » et son son lo-fi si caractéristique du mouvement anti-folk. L’anti-folk, un sous genre du punk, aussi abrasif et revendicateur que celui-ci mais avec un son folk, fait définitivement partie des mouvements musicaux qui me parlent. Dès le premier morceau, j’ai entendu Jeffrey Lewis, que j’adore, mixé avec du Violent Femmes et du Nick Drake. Et pour ce qui est de la partie hip-hop, menée de main de maître par Aesop Rock, j’y suis assez sensible aussi. Bref, un album qui m’a attrapée et que j’écoute en boucle depuis.

Je vous invite à découvrir l’univers de The Uncluded avec leur album « Hokey Fright » (en écoute sur mon Deezer).

dressedtokill-hokeyfright1