L’infiniment petit

Je suis une grande fan de Slinkachu, que je suis depuis des années. Il a commencé ses installations et photographies de rue en 2006, et je l’ai découvert en 2007. Depuis, je suis ses tribulations poétiques de loin bien que consciencieusement, et je ne dois pas être la seule car j’ai vu passer, il y a quelques semaines, des photos assez étrangement inspirées de l’artiste.
En effet, le nail art est partout en ce moment, et je me suis arrêtée sur ces images d’Alice Bartlett qui se trouvent à la croisée des chemins entre ce mouvement et l’univers de l’infiniment petit de Slinkachu.
La nana ne paye pas de mine, son FlickR est tout ce qu’il y a de plus banal, mais cette petite série, diffusée sur Pinterest, est vraiment bien inspirée.

Ca donne envie de retourner voir du côté du nail-art… J’y vais de ce pas !

SLINKACHU :

dressedtokill-slinkachu1

dressedtokill-slinkachu2

dressedtokill-slinkachu3

dressedtokill-slinkachu4

dressedtokill-slinkachu5

dressedtokill-slinkachu6

dressedtokill-slinkachu7

 

La série photo d’Alice Bartlett :

dressedtokill-alicebartlett1

dressedtokill-alicebartlett2

dressedtokill-alicebartlett3

dressedtokill-alicebartlett4

dressedtokill-alicebartlett5

Publicités

Arne Olav et ses animaux chimériques

En ce moment, sur le web, trainent les travaux de Arne Olav, fondateur du blogzine W3sh, s’entrainant pour un concours scolaire en 2012 puis prolongeant l’exercice de mélanger visuellement plusieurs animaux afin de créer des chimères.
Le rendu n’est pas fondamental en terme de maîtrise technique, et ce n’est pas le premier à se lancer dans la chose, mais il est fun et devrait vous faire sourire ou même faire marrer vos petits loups.

Le Facebook est ici.

dressedtokill-fictionalanimalsarneolav1

dressedtokill-fictionalanimalsarneolav2

dressedtokill-fictionalanimalsarneolav3

dressedtokill-fictionalanimalsarneolav4

dressedtokill-fictionalanimalsarneolav5

dressedtokill-fictionalanimalsarneolav6

dressedtokill-fictionalanimalsarneolav7

dressedtokill-fictionalanimalsarneolav8

dressedtokill-fictionalanimalsarneolav9

dressedtokill-fictionalanimalsarneolav10

dressedtokill-fictionalanimalsarneolav11

dressedtokill-fictionalanimalsarneolav12

 

Iris Grace et la magie blanche

Il y a moult choses que l’on ne comprend pas, ne perçoit pas, n’explique pas. Certaines au milieu de tout cela ne sont qu’une évidence, un don, de la magie. Pure.
Cette petite fille, Iris, est autiste. Et magicienne. Elle a 3 ans et demi, ne sait pas parler et peint des toiles venues du fond des âges.
Je regrette simplement qu’il puisse y avoir un fond mercantile attaché à une telle beauté.
Effectivement, exposition personnelle en cours à Londres prochainement.
En attendant, cette magique petite fille continue de peindre.
Et son facebook est ici.

dressedtokill-Irisgrace6

dressedtokill-Irisgrace7

dressedtokill-Irisgrace3

dressedtokill-Irisgrace4

dressedtokill-Irisgrace5

Geisha shoe : Onitsuka Tiger x BA Hetzendorf

Au détour du net, je suis tombée sur cette image dont je suis devenue absolument fan, de la réalisation de Clarissa Fritzsche, pour un concours lancé par la marque Onitsuka Tiger (Onitsuka. Marque japonaise de folie, campagnes démentes, initiatives presse et collaborations toujours bien senties) au sein de l’école de Mode de Vienne dans le château de Hetzendorf en Autriche.
Le but était que les étudiants de deuxième année donnent leur vision personnelle de la basket phare japonaise sur le thème du « craft of movement ».

De là sont sorties une dizaine de propositions qui ne cassent pas 3 pattes à un canard si vous voulez mon avis, mais alors cette « Geisha shoe »…. Wow.

dressedtokill-onitsukatiger1

dressedtokill-onitsukatiger1bis

 

Les autres propositions :

dressedtokill-onitsukatiger2

dressedtokill-onitsukatiger3

dressedtokill-onitsukatiger4

dressedtokill-onitsukatiger5

dressedtokill-onitsukatiger6

dressedtokill-onitsukatiger7

dressedtokill-onitsukatiger8

dressedtokill-onitsukatiger9

dressedtokill-onitsukatiger10

Dog grooming : je vais peut-être m’y mettre moi.

Bon, c’est pas trendy du tout, ca existe depuis des lustres, mais moi je n’avais jamais croisé ce monde parallèle siiiiiii éloigné de moi que celui du Dog Grooming.
Je reste bouche bée devant cet étalage de mauvais goût et ces pauvres animaux, étendards de ce que l’Amérique peut produire de plus ridicule et kitch (bon, c’est mon avis, hein), mis en pâture au voyeurisme qui existe en chacun de nous. Si vous voulez en savoir plus, LE salon qui fait référence se tient en Pennsylvanie en septembre.

Si l’on fait abstraction du fait que ce ne sont pas des objets mais des animaux, j’imagine que l’on ne peut qu’applaudir des 2 mains devant certaines de ces réalisations mine de rien assez bluffantes. J’aime bien le bison, sobre. Et vous, votre préféré ?

dressedtokill-doggrooming1

dressedtokill-doggrooming2

dressedtokill-doggrooming3

dressedtokill-doggrooming4

dressedtokill-doggrooming5

dressedtokill-doggrooming6

dressedtokill-doggrooming7

dressedtokill-doggrooming8

dressedtokill-doggrooming9

dressedtokill-doggrooming10

dressedtokill-doggrooming11

dressedtokill-doggrooming12

dressedtokill-doggrooming13

Ecole maternelle Pajol : The place to be

En ce qui me concerne, j’ai lutté becs et ongles afin de trouver une place en crèche pour Edie-Lise. J’ai finalement réussi à trouver une petite place bien doudoune pour elle à la crèche Ernest May dans la Cité des Fleurs à Paris.
Ce fût dur, ce fût âpre, ce fût ardu, mais pour nous, parents, l’endroit où nous laissons nos enfants toute la journée est primordial. Donc, inutile de dire à quel point j’aimerais habiter le 18ème, dans ce quartier en expansion autour du marché de l’olive, afin que ma fille soit admise dans cette superbe école maternelle qu’est l’école Pajol.
Réhabilitée et modernisée en 2011 par l’agence d’architecture Palatre et Leclere, l’école n’est qu’un parcours de jeu infini où même les toilettes sont plus excitantes que le plus dingue des parc d’attraction. Et je ne parle même pas de la cour d’école en arc en ciel qui met de la couleur et illumine la grisaille alentours (oui, bon, on est à Paris quand même, et dans le 18ème).
Regardez plutôt, ca donne pas envie ??

dressedtokill-ecolematernelle2

ecole-maternelle-pajol-paris-1

ecole-maternelle-pajol-paris-2

ecole-maternelle-pajol-paris-3

ecole-maternelle-pajol-paris-4

ecole-maternelle-pajol-paris-5
ecole-maternelle-pajol-paris-6
ecole-maternelle-pajol-paris-10
ecole-maternelle-pajol-paris-11

Paul Octavious : The Pantone Project

Toujours à la recherche de la parfaite nuance et/ou du parfait pantone pour mes gammes couleurs, je suis tombée récemment sur ce projet du photographe américain Paul Octavious.

Celui-ci vit et travaille à Chicago et s’est donné comme défi de retrouver toutes les couleurs du nuancier Pantone dans des photos du quotidien qu‘il traque. Voici les premières images de son projet, on attend la suite !

Et sinon, vous pouvez vous offrir les couleurs Pantone en cartes postales, c’est plutôt un joli cadeau, et pour suivre ce projet sur Facebook, c’est ici.

dressedtokill-pauloctavious1

dressedtokill-pauloctavious2

dressedtokill-pauloctavious3

dressedtokill-pauloctavious4

dressedtokill-pauloctavious5

dressedtokill-pauloctavious6

dressedtokill-pauloctavious7

 

The Good Machinery

J’ai découvert récemment une graphiste/peintre dont je ne sais pas grand chose si ce n’est qu’elle navigue entre l’Italie et les Balkans. Mais finalement, il n’est pas besoin d’en savoir beaucoup plus pour tomber amoureuse de ses animaux pile poil dans l’air du temps, avec leurs couleurs fluos et leurs motifs. En vente dans sa boutique Etsy.

Son site, son blog.

dressedtokill-thegoodmachinery1

dressedtokill-thegoodmachinery2

dressedtokill-thegoodmachinery3

dressedtokill-thegoodmachinery4

dressedtokill-thegoodmachinery5

dressedtokill-thegoodmachinery6

dressedtokill-thegoodmachinery7

Urbex – urbexing – urbexeurs

En 2004, je me souviens d’un pote qui avait rapporté une vieille lampe industrielle magnifique d’une expédition dans un lieu tenu secret, apparemment laissé à l’abandon et magnifiquement industriel. Apparemment aussi, l’accès avait été, comment dire, compliqué. Et bien sûr, il ne voulait pas me révéler l’emplacement de la chose.
Aujourd’hui, lorsque j’y repense, je me dis que c’était les débuts de l’Urbex. Mais je me dis aussi qu’il n’aurait jamais dû prendre cette lampe. Enfin bon.

Sur le net, on voit passer pas mal de posts concernant cette pratique plutôt clandestine, donc peu relayée, mais suffisamment hype pour que tout le monde s’y intéresse. Il s’agit d’exploration urbaine. J’ai trouvé des articles qui expliquent relativement bien le truc, et même un article de Rue 89 écrit par des journalistes ayant suivi des adeptes en live. Les portes d’entrée dans ce hobby sont diverses. Certains apprécient de connaître les coulisses de la ville, d’autres sont excités par le (relatif) danger, d’autres enfin ont des prétentions artistiques et photographiques. On connaît plus les cataphiles (ceux qui trainent dans les catacombes. Non merci pour moi) mais moins les toiturophiles (comme le nom l’indique, ceux qui sautent de toits en toits et prennent des risques). Moi, je suis plutôt attirée par le côté esthétique de la chose, cet esthétisme industriel qui me plaît tant. Donc je remercie les photographes avertis qui nous rapportent ces témoignages vibrants, et je me fait plaisir à voir circuler de magnifiques photos de lieux en perdition, isolés, abandonnés.

J’en ai sélectionné quelques uns. Ca claque quand même non ?!!

dressedtokill-urbex1

dressedtokill-urbex2

dressedtokill-urbex3

dressedtokill-urbex4

dressedtokill-urbex5

dressedtokill-urbex6

Crowdfunding : les chaussures Monkies

Vous connaissez le Crowdfunding ? Non? Mais si, vous connaissez. My Major Company etc… C’est le principe de se mettre à plusieurs pour financer un projet et permettre à des créateurs de lancer leur idée. Ca peut être un disque, une start-up, une invention ou… des chaussures.
Alors si vous voulez bien investir votre argent (1$ minimum, ca va, c’est pas ruineux), vous pouvez investir dans ce super petit projet de derrière les fagots que j’ai dégoté en surfant : les chaussures Monkies.

Cela aurait pu s’appeler « dessiner en 3D, c’est mieux », et j’avoue que l’idée est plutôt séduisante. Une jolie boite avec 7 stylos magiques, 1 éponge magique et une paire de chaussures magiques.
Des chaussures sur lesquelles on peut dessiner. Même que c’est autorisé. Même que c’est encouragé. Puis on efface et on recommence.
J’avoue que là, c’est quand même pas mal. Je ne sais pas quelle pointure ils ont prévu, ni si les chaussures sont réellement confortables, mais je trouve que, colorées, elles ont un petit look pas mal.
Je vous laisse découvrir le projet avec la vidéo qui dit tout (et on n’y pense même pas, ils n’ont pas prévu de la faire en taille adulte) !

Le site, le Facebook

dressedtokill-Monkies1

dressedtokill-Monkies2

dressedtokill-Monkies4

dressedtokill-Monkies3